L'inaccessible étoile

Articles avec #developpement d'ecosystemes

Quand souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d'autres des moulins.

13 Juillet 2017, 09:13am

Publié par Gaëtan Bourgé

Gaëlle Dechamp, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à l’Université de Lyon, site de St-Etienne et Bérangère Szostak, Maître de Conférences en Sciences de gestion à l'université de Lyon. Chercheur titulaire à COACTIS nous partage la recherche intitulée : "Créativité organisationnelle et territoire créatif : nature de l'influence et enjeux stratégiques pour les organisations".

Cette recherche qualifie la nature de l’influence du territoire créatif, étudié au travers de ses trois niveaux (underground, middleground et upperground), sur les facteurs endogènes de la créativité des organisations (engagement de l’individu, contexte  de l’organisation et capacité de renouvellement de l’organisation). L’analyse qualitative de 18 PME impliquées dans un concours à idées met ainsi en évidence que chacun des niveaux du territoire créatif tend à avoir une influence différente, positive ou négative, sur les facteurs endogènes de la créativité organisationnelle. Pour comprendre ces différences, la recherche identifie, en outre, quatre propriétés spécifiques au territoire créatif : la production de discours, la création d’opportunités pour transformer l’idée en projet, l’opérationnalisation du projet et la protection de l’idée et du projet. La discussion revient sur l’ouverture de l’organisation à son environnement et sur le rôle de l’individu et de la propriété intellectuelle dans cette ouverture. Ce travail valide au final l’intérêt d’intégrer le territoire créatif dans les modèles de créativité organisationnelle.

  • revue de la litterature
    • la créativité organisationnelle sous l’influence directe de trois facteurs endogènes
    • la créativité organisationnelle sous l’influence indirecte du territoire créatif
    • illustration de l’influence du territoire créatif sur la créativité organisationnelle
  • terrain et methode
    • terrain étudié
    • collecte des données
    • analyse des données
  • resultats
    • le territoire créatif renforce plus qu’il n’affaiblit l’influence des facteurs endogènes sur la créativité organisationnelle
    • l’influence du territoire créatif s’effectue par l’entremise de quatre propriétés distinctes
    • les quatre propriétés identifiées se déclinent selon des dimensions distinctes
  • discussion
    • vers un modèle nuancé de l’ouverture de l’organisation à l’environnement
    • profiter de l’environnement : le rôle essentiel de l’individu et des droits de propriété intellectuelle
  • conclusion

Le texte dans son intégralité se trouve ici

Voir les commentaires

Les organisations d'économie sociale collaboratives : analyse des facteurs liés à leur démarrage au Québec

10 Juillet 2017, 09:25am

Publié par Gaëtan Bourgé

Antoine Dufour-Guindon a présenté cet essai en vue de l’obtention du double diplôme, Maîtrise en environnement, Master en Ingénierie et Management de l’Environnement et du Développement Durable pour l'université de Sherbrooke (Québec, Canada) et l'université technologique de Troyes (France).

L’objectif principal de cet essai est de favoriser l’implantation des organisations d’économie sociale collaboratives au Québec en formulant des recommandations aux décideurs politiques, aux gestionnaires et aux aspirants entrepreneurs du domaine.

Introduction 

  1.  Mise en contexte
    1. Émergence de l’économie collaborative
    2. L’économie collaborative
      1. Différents concepts et définitions
      2. L’économie de partage au sein de la consommation collaborative
      3. Les quatre grands axes de l’économie collaborative
      4. Les modèles de distribution
  2. Méthodologie
    1. Élaboration des objectifs de la recherche
    2. Recensement des écrits pour l’identification des facteurs généraux
    3. Cadrage du projet
      1. Risques de dérives de la consommation collaborative
    4. Méthodologie de l’enquête
      1. Sélection des entreprises et identification des interlocuteurs
      2. Justification de la méthode de collecte de données
      3. Élaboration du guide d’entretien des entreprises
      4. Préparation et planification et préparation des entretiens
      5. Déroulement des entretiens
    5. Méthodologie de l’analyse
      1. L’organisation des données
      2. Synthèse des données
  3. Analyse des entretiens
    1. Le processus de prédémarrage et de démarrage des organisations d’économie sociale collaboratives
    2. Facteurs influençant le prédémarrage des organisations
      1. Facteur pouvant affecter la conceptualisation de l’organisation – étape 1 
      2. Facteur pouvant affecter la collecte d’information – étape 2
      3. Facteur pouvant affecter la consultation de la communauté – étape 3 
      4. Facteurs pouvant affecter le lancement du projet pilote – étape 4
      5. Facteur pouvant affecter la planification et le financement – étape 5
    3. Facteurs influençant le démarrage des organisations
      1. Facteur pouvant affecter la création de l’organisation - étape 6
      2. Facteurs pouvant affecter l’ancrage de l’organisation – étape 7
      3. Facteurs pouvant affecter le début des opérations de l’organisation – étape 8
    4. Constats généraux des résultats des entretiens
  4. Comparaison entre les facteurs issus des entretiens et des écrits
    1. Comparaison des facteurs
  5. Recommandations
    1. Recommandations pour le gouvernement
      1. S’afficher en tant que ville collaborative
      2. Investir davantage dans le mouvement collaboratif
      3. Former les employés des villes et organismes publics
      4. Faciliter l’accès à des espaces non utilisés
    2. Recommandations pour les organisations d’économie sociale collaboratives en démarrage
      1. Former sa communauté
      2. Former une association d’entreprises d’économie sociale collaboratives
      3. Délimiter les pouvoirs et décrire les tâches
      4. Adopter un comportement de citoyen responsable
    3. Recommandations pour les futurs entrepreneurs
      1. S’informer auprès des autres organisations d’économie sociale collaboratives
      2. Solliciter les organismes d’accompagnement
      3. Stimuler l’engagement de la communauté locale
      4. Mobiliser sa communauté
      5. Miser sur le développement de partenariats
    4. Valider ces recommandations

Conclusion

Pour retrouver l'intégralité de l'essai.

Voir les commentaires

Les écosystèmes d’affaires : entre communauté et réseau

9 Juillet 2017, 09:53am

Publié par Gaëtan Bourgé

Gaël Gueguen, et Juliette Passebois-Ducros ont contribué sur ce thème dans la revue management & avenir.

Voici le résumé de cette contribution :
Le manque de consensus concernant la définition des écosystèmes d’affaires peut diminuer la portée de ce concept. Toutefois, ce manque peut être envisagé comme le témoin de sa ré-appropriation par ses utilisateurs. En effet, le concept « écosystème d’affaires » peut reposer sur plusieurs représentations en fonction des choix des chercheurs. Encore faut-il pouvoir repérer les sens contenus. Notre article a pour objectif d’identifier les différentes représentations de ce concept dans la littérature. Les définitions issues des travaux de Moore et de Iansiti et Levien mettent en parallèle des conceptions en termes de communauté et de réseaux. Si ces termes sont proches, ils se distinguent par les intérêts poursuivis et la place des acteurs en leur sein. A partir d’une base de données constituée par plus d’une centaine d’articles académiques utilisant le concept d’écosystème d’affaires, nous mènerons une analyse textuelle afin d’identifier les grandes catégories de sens que contient ce concept.

Et le plan :
1 - Les travaux fondateurs : lecture comparée et critique
1.1 - Des ressemblances aux différences
1.2 - Des dissemblances dans les définitions
2 - Méthodes : de l’analyse de documents à l’analyse textuelle
2.1 - Présentation de la base documentaire
2.2 - Méthodologie Alceste
3 - Analyse des articles et des représentations
3.1 - Usage de la terminologie « écosystème d’affaires » dans la littérature
3.2 - Les différentes représentations des écosystèmes d’affaires
Conclusion

Pour lire l'article dans son intégralité.

Voir les commentaires

Apprendre à danser le tango sur un fil de fer : agir selon une approche d'impact collectif

7 Juillet 2017, 09:19am

Publié par Gaëtan Bourgé

Au cours des vingt dernières années, Lyse Brunet a été au cœur d’initiatives majeures axées sur une approche d’impact collectif en tant que vice-présidente de Centraide du Grand Montréal et première directrice générale d’Avenir d’enfants, un fonds de 400 millions de dollars créé conjointement entre le Gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon. Jetant un regard sur son expérience, Lyse présente une réflexion personnelle sur les défis que comporte une approche d’impact collectif et sur son potentiel pour répondre à des enjeux sociaux complexes.

Cet article a été publié dans "The philanthropist" n°26.
Vous retrouverez sa lecture intégrale ici à partir de la page 21.

Les autres articles accessibles sont les suivants :
The Promise and Peril of Collective Impact
Liz Weaver
Collective Impact: Venturing on an Unfamiliar Road
Hilary Pearson
The Role of Philanthropy in Collective Impact
Cathy Mann
The Canadian Boreal Forest Agreement: Unlikely Allies Pursuing Conservation and Sustainable Development in Canada’s Boreal Regions
Roisin Reid
Community Knowledge: The Building Blocks of Collective Impact
Lee Rose
Innoweave and Collective Impact: Collaboration Is Just the Beginning
Aaron Good & Doug Brodhead
United Way and Success By 6: Growing Up with Collective Impact
Michael McKnight & Deborah Irvine
Collective Impact: The Birth of an Australian Movement
Kerry Graham & Dawn O’Neil
Evaluating Collective Impact: Five Simple Rules
Marc Cabaj
Q&A with John Kania and Fay Hanleybrown
Liz Weaver

Voir les commentaires

Du darwinisme numérique en marketing

6 Juillet 2017, 09:13am

Publié par Gaëtan Bourgé

Christopher Vollmer est partenaire de Booz & Company à New York. Il en dirige l’activité « médias et divertissement » Amérique du Nord. Il en aide les clients des secteurs médias et grande consommation à développer et mettre en œuvre leur stratégie. Il est l’auteur de Always on : Advertising, Marketing, and Media in an Era of Consumer Control (McGraw-Hill, 2008).


Dans cet article publié initialement en anglais sous le titre « Digital Darwinism », dans Strategy+business, il juge que dans le nouvel écosystème du marketing et des médias né de l’essor du numérique, certains s’imposeront, d’autres perdront, mais tous devront évoluer.


Bien que cet article date du printemps 2009, il est intéressant de mesurer la réflexion de ce moment en fonction de ce qui s'est passé ensuite dans les huit années suivantes...


Son plan est le suivant :
Des mammifères au beau milieu des dinosaures
Les nouvelles tendances : adaptation et collaboration
Retracer les frontières de l’écosystème
La survie des organisations les mieux adaptées

A lire ici.

Voir les commentaires

Altruisme et développement territorial viable. Si vous ne pensez pas aux autres, pensez à vous : soyez altruistes !

4 Juillet 2017, 08:37am

Publié par Gaëtan Bourgé

Cécile PERRET, Maître de conférences à l'IREGE, Université de Savoie Mont Blanc, chercheur collaborateur au CRDT, Université du Québec nous partage ses notes de recherches.

1. L’altruisme
1.1. Les modalités de l’altruisme
1.2. L’altruisme en sociologie économique
1.3. L’altruisme et bonheur en philosophie
1.4. L’altruisme et les religions
1.5. De l’homo smithianus à l’homo œconomicus
1.6. Vers une remise en cause de l’homo œconomicus
2. Et si l’altruisme venait au secours de l’économie ?
2.1. Altruité et économie
2.2. Économie sociale et solidaire et recomposition du lien social dans les territoires
2.3. Capacité à coopérer et innovation sociale
2.4. Altruisme et développement territorial viable
Conclusion

A lire ici dans son intégralité.

Voir les commentaires

Compétences professionnelles : Vers de nouveaux communs solidaires ?

4 Juillet 2017, 08:21am

Publié par Gaëtan Bourgé

Martine SIGAL de l'Université d'Aix Marseille nous livre sa réflexion.

Les compétences professionnelles, en particulier les plus expertes, sont aujourd’hui majoritairement considérées comme propriétés exclusives d’individus ou d’organisations. Dans cet article, nous nous intéressons au bénévolat de compétences qui mobilise des professionnels en direction d’associations de solidarité auxquelles ils offrent leurs compétences dans une logique d’ouverture et de partage. Nous focalisons notre étude sur une association, pionnière dans ce domaine : Passerelles & Compétences. Nous évaluerons son positionnement selon les critères du Common-Pool Resource System d’Elinor Ostrom : la définition des limites, la durabilité du système, le dispositif de décisions, le suivi des usages, le respect des règles, la résolution des conflits, la reconnaissance de l’organisation et la gouvernance polycentrique. Cette analyse nous conduit à penser que Passerelles & Compétences gouverne collectivement à la façon d’un commun ce vivier de compétences pour l’enrichir et le développer au service d’une société plus solidaire. 

Vous pouvez la retrouver dans sa totalité ici.

Voir les commentaires

De l'entreprise virtuelle à l'entreprise écosystémique

3 Juillet 2017, 07:35am

Publié par Gaëtan Bourgé

Serge Edouard, Maître de conférences à l'Université Paris Sud et Anne Gratacap, Maître de conférences à l'École de Management de la Sorbonne travaillent ce sujet dans un article de la revue vie & sciences économiques.
 

Le résumé :
Après avoir repris la définition de l’entreprise virtuelle de Kasper-Fuehrer et Ashkanasy (2004) comme idéal-type wébérien, nous la considérons comme une forme organisationnelle originale, mais aussi comme une modalité de concrétisation et de performance des entreprises écosystémiques, ces entreprises (Google, Apple, Amazon, Microsoft, etc.) qui cherchent à développer de vastes communautés innovantes en vue d’imposer leurs standards techniques, processuels et organisationnels. La capacité d’un écosystème à développer des entreprises virtuelles en son sein renforce sa robustesse.

 

Le plan :
Introduction
1. Formes et degrés de la virtualisation de l'organisation : caractéristiques de la e-forme
2. Écosystèmes d'affaires : de la nécessité pour l'entreprise leader de virtualiser à grande échelle la coopération
3. Entreprise écosystémique : la généralisation de la virtualisation de la coopération comme avantage concurrentiel global
Conclusion


L'article est à découvrir ici.

Voir les commentaires

Plateformes, coordination et incitations

2 Juillet 2017, 10:46am

Publié par Gaëtan Bourgé

Denis Lescop, docteur en économie, directeur de la recherche de Télécom Ecole de Management et Elena DE VOGELEER, doctorante à l'Institut TELECOM ont écrit cet article dans revue Management & Avenir.


Le résumé :
Les entreprises peuvent créer leurs écosystèmes d’affaires au travers de stratégies de plateforme. Cet article s’intéresse aux conditions d’émergence de ce phénomène dans des situations d’échecs de marché. Il étudie comment les plateformes se substituent au marché pour jouer un rôle de coordination et de gouvernance des acteurs économiques. L’analyse permet de faire un lien entre les plateformes et le concept d’écosystèmes d’affaire.


Le plan :
1 - Echecs de marché et gisements inexploités de valeur
2 - Intermédiation : la plateforme comme coordinateur
3 - Plateforme et incitations
3.1 - Le contexte de “ match making ”
3.2 - Le contexte d’audience
3.3 - Les relations avec les acteurs : un problème d’agence
Conclusion


A lire dans son intégralité ici.

Voir les commentaires

La stratégie d'une ONG internationale d'environnement : articuler biologie et management, action publique et concurrence

30 Juin 2017, 10:29am

Publié par Gaëtan Bourgé

Les ONG ne sont ni des entreprises, ni des organismes publics : elles jouent des rôles spécifiques dans la poursuite des intérêts particuliers et collectifs, notamment dans le champ de l’environnement. Mais, pour cela, elles doivent résoudre des problèmes relevant de deux champs de recherche distincts. Le premier est celui de la gestion publique de l’environnement, la problématique étant ici principalement l’étude des stratégies d’intervention des ONG sur la scène sociale, politique et économique, afin d’atteindre les objectifs environnementaux qu’elles se sont fixés. Le second est celui de la gestion des organisations, l’enjeu étant ici d’analyser les problèmes de management spécifiques que rencontrent les ONG, aussi bien pour impulser et gérer leur développement que pour réussir dans le jeu concurrentiel de leur secteur d’activité. 
Par Tiphaine Gaudefroy de Mombynes – DEA « Économie de l'environnement et des ressources naturelles » – Institut National Agronomique Paris-Grignon – IAPG ET Laurent MERMET, - Professeur en gestion de l'environnement – ENGREF

  • première perspective : définir les zones prioritaires d’action, un problème de biologie de la conservation 
  • deuxième perspective : choisir des modes d’action sur la scène publique, un problème de stratégie environnementale 
  • troisième perspective : construire une capacité d’action, un problème de développement organisationnel 
  • quatrième perspective : percer dans un secteur d’activité difficile, un problème de positionnement concurrentiel 
  • discussion et perspectives 
    • Quatre perspectives stratégiques à développer parallèlement… 
    • … et à articuler ensemble 
    • Une clarification nécessaire sur les ONG 
    • Un champ d’investigation intéressant pour les sciences de gestion 

A lire dans son intégralité ici

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>